Quel soucis ces feux tricolores ...

La signalisation :

Le problème des feux tricolores est un vrai soucis pour le Daltonien La distance d’un objet coloré joue sur la couleur pour un daltonien. La raison est bien simple : plus une image est loin, plus elle sera petite sur la rétine (« effet lentille »), donc moins l’image atteindra de cônes (responsable de la transmission des couleurs vers le cerveau), et ce sont évidemment les cônes qui sont responsables du daltonisme. Et la nuit comment différencier le haut du bas lorsqu’on voit un gros point lumineux. L'oeil n’est pas du tout attiré par ce point lumineux rouge, contrairement à vous, où inconsciemment votre oeil sera attiré par ce point rouge parmi une ligne de lampadaires (souvent jaune ou blanc). Comment les différencier entre la couleur d’un lampadaire et celle d’un feu tricolore ? L'oeil n'est pas plus attiré par cette lumière plutôt que par une autre et il faut ajouter à cela les  nombreuses enseignes lumineuses (parfois clignotantes) parcourent nos rues

Pour aménager nos routes, des nombreux arbres ont été plantés. Le feuillage de ces arbres change évidemment avec les saisons, les feux tricolores sont placés devant ces arbres, un Daltonien a donc du mal à dechiffrer ce qu'il voit 

Bien entendu, lorsque des voitures sont arrêtées à un feu, un daltonien s’arrêtera, ou un feu passe de vert au orange puis au rouge, le daltonien reperera le changement du feu du bas vers le haut lorque le feu passe au rouge et inversement

Un certain changement serait à envisager pour faciliter la vie des Daltonien afin de mieux visualiser la position des feux de loin de jour comme de nuit, sans affecter la vie des non daltoniens ...

D'ailleurs, dans certaines régions du Québec, les feux de signalisation commencent à prendre en compte ce problème car ils ont des formes géométriques différents sur chaque couleur (cercle, losange, carré)

Tellement d'informations données par des codes couleurs

  • Vigilance météorologique,
  • Cirulation des routes,
  • Pollution de l'air,
  • Drapeaux des plages,
  • Le nouveaux système pour mesurer la glycemie OneTouch Verio (en plus il a été prouvé qu'un diabétique pouvait avoir quelques difficultés à reconnaitre certaines couleurs, pour peu qu'en plus il soit daltonien...),
  • Au lycée, les cartes de géographie,
  • Diagrammes et autres camemberts représentant une étude,
  • Couleurs des cartouches d'imprimantes encore qu'il y a des symboles pour chaques couleurs (C=Cyan=Bleu, Y=Yellow=Jaune, M=Magenta= Rouge, N=Noir),
  • Couleurs des pompes à essences (vert pour le sans plomb, jaune pour le diesel sont similaires pour le daltonien),
  • Le tri selectif (poubelle jaune ou verte même problème),
  • Le permis bateau, les panneaux ne sont que de codes couleurs
  • La couleurs des niveaux de parking 
  • Signalisstion ON/OFF sur certains appareil : Vert pour ON et Rouge pour OFF...

Infos !

3. Avril, 2017

Inventeurs en herbes ....

Hier soir à la fin du 19:45 de M6, il y a eu un petit reportage sur les inventeurs en herbe du Collège Jean Moulin au Havre ... Un groupe de jeunes filles ont inventé le passage piéton lumineux !
Idée, extrêmement lumineuse qui pourrait être adapté non seulement au passage piétons mais aussi sur la route !

Voici l'article :
Ces collégiennes ont imaginé un passage piéton lumineux pour sauver des vies
Cécile Peltier

Les cinq collégiennes havraises ont remporté le premier Science Factor de la catégorie collège. Les cinq collégiennes havraises ont remporté le premier prix Science Factor de la catégorie collège.
Luna, Lina, Emma, Inès, et Shaïma, toutes élèves de 5ème au Havre, ont conçu un passage piéton équipé d'un signal lumineux et sonore. Un projet qui leur a valu, mardi 7 mars 2017, le premier prix du concours Science Factor dans la catégorie "collège". Rencontre.
"Au début, on a cherché plein d'idées sur Internet, puis on s'est dit qu'il serait plus efficace d'identifier un problème et d'essayer de lui trouver une solution", raconte Luna, élève de 5e au lycée Jean-Moulin, au Havre, et membre de l'équipe des "Little Miss Sunshine", lauréate du prix Science Factor 2017 catégorie collège.
Finalement, c'est au sein-même de leur établissement que Luna et ses amies, Lina, Emma, Ines, et Shaïma, ont déniché l'idée du projet qu'elles allaient proposer dans le cadre de ce concours de projet scientifique d'innovation citoyenne parrainé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. "Notre collège est en travaux. Traverser la rue devenait dangereux et nous avons imaginé un passage piéton lumineux qui pourrait sécuriser les piétons, en particulier des élèves de l'école primaire voisine", rapporte Shaïma.
Comme de vraies pros, pendant plusieurs mois, les cinq scientifiques en herbe se sont données rendez-vous chaque mercredi midi au club Science Factor créé par leur professeure de technologie afin de plancher sur leur projet. "Pour faciliter les choses, nous nous sommes réparties les tâches", relate Luna.
Des capteurs lumineux placés sous la route
À force de recherches et de discussions avec leur enseignante, Stéphanie Trotel, les collégiennes ont mis au point un astucieux système : "Des LED vertes s'allument lorsque le piéton peut traverser et des LED rouges en cas de danger, explique Ines. Cela peut paraître évident, mais cela n'existe pas, si ce n'est sous forme de lampes décoratives. On a aussi pensé à un système sonore pour les aveugles." Plus précisément, des capteurs de pression situés sous la route absorbent l'énergie dégagée par chaque véhicule au moment de son passage, et activent des LED intégrées à la chaussée et commandées par une carte de programmation.
De la maquette...
Restait à savoir comment présenter cela au jury. Avec l'aide du père d'Emma, professeur d'électronique en lycée, l'équipe a mis au point une maquette du projet en carton, équipée d'un système électrique commandé par une carte de programmation. Et elle a réalisé une petite vidéo pour présenter leur "bébé". Puis, armées de patience, les collégiennes ont fait parler d'elles... Elles ont notamment distribué des flyers dans les boîtes aux lettres pour inciter les gens à voter pour leur projet, présenté en ligne sur Facebook.
Mission accomplie ! Arrivées parmi les 15 projets les plus populaires, les "Little Miss Sunshine" ont été retenues par le jury parmi les trois meilleures initiatives dans la catégorie "collège", qu'elles ont finalement remportée.
Accueillies mardi 7 mars 2017 en grande pompe au ministère de l'Enseignement supérieur au côté des autres lauréats – dont quatre autres équipes de leur collège – pour la remise des prix, elles ont reçu chacune un bon d'achat de 250 € et plusieurs petits cadeaux.
... À la réalité
Mais là n'est pas l'essentiel. Dans le cadre de Science Factor, le prix ne marque pas la fin de l'aventure, mais plutôt son début. "L'objectif est que notre projet devienne réalité, insiste Luna. Science Factor va nous aider à concrétiser notre passage piéton en nous mettant en lien avec des acteurs susceptibles de nous faire avancer !"
Ainsi, la mairie du Havre a commencé à calculer combien pourrait coûter la construction de cette nouvelle signalisation, que ses inventeurs aimeraient bien voir expérimenter devant leur collège ! De quoi aller en cours en toute sécurité !

Un collège qui a la fibre scientifique
Le club Science Factor du collège Jean-Moulin du Havre, qui compte 24 membres, était bien représenté sur le podium du concours. Sur les six équipes inscrites à la compétition, cinq sont arrivées en finale. Si les "Little Miss Sunshine" ont gagné le prix de la catégorie "collège", les "Futuristes" ont décroché un prix "coup de cœur".
La possibilité de créer de l'électricité à partir du son imaginée par l'équipe des "4 Watt Else" a aussi séduit le jury. Il l'a placée en tête de la catégorie "Engie", suivie par le drôle d'aspirateur à particules fines imaginé par les "Aspi pollution". Les "Écolos citoyens" souhaitaient quant à eux réaliser des potagers verticaux, plus facilement accessibles aux personnes âgées.