Les Daltoniens nous en parlent !

23. oct., 2018

Yann 

Pour ma part, on s’est rendu compte de mon daltonisme lors d’un voyage en Italie lorsque je j’ai dit à mes parents « PAPA PAPA, regarde la voiture noire qui nous double ». Réponse de ma mère : dès qu’on rentre, rendez vous chez l’ophtalmo !!! La dite voiture était rouge bordeaux...

Et oui, comme nous tous, j’avais mes crayons de couleurs « nommés » avec la petite étiquette... Je n’ai jamais pris mon daltonisme comme une tare. J’en rigole au contraire. Je suis de nature tête en l’air et je réponds a chaque fois : on dit que je vis dans mon monde, bin oui ! Personne le voit comme moi, je le vois ! et puis qui a dit que le rouge est telle ou telle couleur ? Et qui a dit que cette personne n’était pas daltonienne ? Et là, c’est parti pour un magnifique débat !

Bien sur LA question : « Et pour toi ? C’est quelle couleur ? » Avait tendance à m’énerver mais il faut relativiser, on est différent, certes, et c’est au niveau des chromosomes, il n’y a pas grand-chose à faire. Faut vivre avec, du coup je m’en amuse...

Par contre, une qui change la donne c’est lorsque que je dois demander à ma compagne : ce t-shirt avec ce pantalon, ça va ?

Niveau professionnel, j’ai toujours voulu travailler dans un bureau d’étude. Donc dès le lycée, j’ai commencé ma formation. 2nd ISI/ISP, et là, le comble : 1er et terminale STI Electrotechnique ! QUOI un daltonien dans l’électricité ! bin oui c’est possible, j’ai même mon habilitation électrique. Bon bien sûr, certains exercices spécifiques m’étaient impossible à faire comme câbler une armoire électrique avec des petits fils aussi gros que les fils téléphoniques et rayés de plusieurs couleurs. En effet, comme Rémi, sur un autre témoignage, les cours de chimie et leurs spectres de couleurs, quelle crise de rire !

Mais non ce n’est pas violet c’est rose et puis le violet je ne le vois pas donc c’est rose !

Donc, ça veut dire que je peux travailler chez EDF sur les lignes électriques, mais j’ai continué mes études, un BTS CPI (Conception de produits industriels), beaucoup de calculs, mais aussi une analyse visuelle à faire lors d’un certain calcul. En effet, on applique à une pièce des efforts, et on analyse la déformation et les zones de contrainte. L’échelle va du bleu (pour froid, pas ou peu de contrainte mécanique) au rouge (pour chaud, grosse contrainte mécanique). Et bien sur, en passant par une belle gamme de couleurs et nuances, bref un cauchemar. Mais j’ai pu tirer à mon avantage mon daltonisme lors de mon examen, j’ai pu bénéficier d’un tiers temps. Puis j’ai continué dans une licence pro ou je n’utilisais pas les couleurs. Puis, embauché dans un bureau d’étude, je me suis spécialisé dans la définition des câblages électriques. Ce que je fais : je dessine sur ordinateur les câbles qui cheminent un peu partout et cela dans des avions, des trains et des satellites. Comment je fais ? bin sur mon logiciel, le rouge à un code numérique qui est classé de la sorte : ROUGE/VERT/BLEU, donc pour le rouge c’est : 255/0/0.

Donc pour moi mes câbles qui sont du signal 1 sont en rouge, le signal 2 c’est du bleu, etc. Et tout le monde le vit très bien et aussi, prend en compte mon daltonisme.

Et puis vient toujours la question : Tu fais comment avec les feux rouge ? Pour moi le rouge et l’orange sont les mêmes et le « vert » je le vois plus souvent blanc que vert. Rouge en haut, orange au milieu et vert en bas. Donc oui, le jour j’arrive à anticiper la position, mais la nuit ce n’est pas pareil. Hier soir (le 22/02/12) j’ai failli cramer un feu en rentrant. Je regarde toujours le feu suspendu au milieu de la chaussée pour éviter de confondre celui sur le poteau avec un éclairage perturbateur d’un magasin, par exemple, et donc je me suis planté de repère et je regardais en fait un réverbère. Ça fait bizarre quand le point que vous fixez ne change pas de position pendant que celui qui semble juste devant change deux fois de positions. Tiens ? Y a un truc là !! Un gros coup de frein, une petite marche arrière ni vu ni connu et heureusement personne devant ni dernière.

Par contre j’ai une question à poser à tous les daltoniens. Est-ce que vous aussi êtes particulièrement sensible à la lumière des feux avants des voitures ? Et lorsque vous vous baladez à pied la nuit et que vous passez dans un endroit sans lumière artificielle, est-ce que vous y voyez bien, pas comme en plein jour bien sur, mais assez pour distinguer des objets ?

23. oct., 2018

André 

Au cours de mes études de physique j’ai constaté que le spectre lumineux que je percevais était décalé vers l’ultra-violet. Ma camarade de binôme de T.P. d’optique voyait très bien les raies rouges proches de l’infra-rouge là où je ne voyais que du noir. Par contre je percevais des raies dans le proche ultra-violet là où elle ne voyait plus rien !

Je pense que cela devrait avoir un rapport avec mon daltonisme. Serait-il possible qu’un dichromisme léger ne soit en réalité qu’un trichromisme décalé ? Car je distingue très bien certaines couleurs qui posent problèmes aux visions "normales". Par exemple la craie bleue sur un tableau vert. Par contre la craie rouge sur un tableau noir me gênait beaucoup lors des cours de géométrie.

Je voudrais revenir aussi sur la vision des feux tricolores. Normalement je ne suis pas gêné : le vert est en haut et en plus il tire vers le bleu, le rouge est en bas. Mais il en est tout autrement la nuit, surtout s’il pleut, dans une rue aux multiples enseignes lumineuses. Le repérage des feux tricolores nécessite alors une très grande vigilance et une conduite très prudente. Malgré tout les choses se sont bien améliorées depuis que les feux sont éclairés par des LEDs.

Autre problème, les cartes avec des repères de couleur. Il est très souvent impossible de faire le lien entre la couleur dans la légende et la couleur sur la carte. Il devrait pourtant être possible de mettre au point une palette de couleurs qui soit compatible avec tous les types de vision.

23. oct., 2018

Brice

Suite aux différents témoignages sur le daltonisme dans les métiers de la police et gendarmerie, je me permet de vous donner le mien.

Voilà j’ai 17 ans et je rêvais d’être réserviste en gendarmerie mais mon daltonisme m’en a empêcher. A la première visite au moment des tests sur les yeux, l’infirmier s’est rendu compte que j’avais un trouble de la vision des couleurs. Suite à ça le médecin m’envoie vers l’hôpital Percy à Clamart. Dans cet hôpital ils m’ont effectué une série de test (la lanterne de Beyne) m’a totalement perturbée, j’ai loupé le test. Du coup, 4 erreurs sur 5. A cause de ça je suis inapte en gendarmerie, à vie, car ils m’ont mis C5 alors que je suis sûr d’être C4 ou C3. Ils n’ont pas voulu me le faire repasser, ma carrière de réserviste est morte. De plus mon rêve depuis 7 ans était de devenir sapeur-pompier mais vu mon classement C5 je ne pourrais pas non plus car comme la gendarmerie, il faut être maximum C3 (sauf officiers C4). Mon seul recours est la marine nationale qui prend jusqu’à C5. L’armée de terre et de l’air, ce n’est pas possible. Sauf si je repasse tous les tests et que j’arrive à être C3.

Si vous allez faire ces tests dans un hôpital, plus particulièrement celui de la lanterne de Beyne, attendez vous à ce que ce ne soit pas facile. Vous allez être mis à 5 mètres d’un projecteur, et ce projecteur va émettre une très petite lumière plus petite qu’une pièce de 1 € et elle ne dure qu’une seconde. Toutes erreurs, même corrigée, est considérée comme une faute et de même si vous n’avez pas vu le faisceau. Les couleurs projetées sont rouge, vert, bleu et jaune.

Mais ne baissez jamais les bras, moi, mon avenir et dans la marine nationale en tant que marin pompier.

23. oct., 2018

Pierre

Je suis à l’aube de la pension... j’ai 61 ans. Je suis ce qu’on appelle un "deutéranope léger" et je n’accepte pas qu’on m’appelle "daltonien" car pour moi daltonien est une absence totale de vision colorée, un monde en blanc, gris et noir.

Mon défaut de vision de couleur a été détecté à l’examen médical pour le service militaire (en Belgique) dans ce qu’on appelait le centre de recrutement et de sélection et où on espérait tous ne pas être recruté et échapper au service militaire.

Donc, je voyais (et je vois encore) le 12 , 8, 6, 29, 57, 5, puis ça devient plus difficile et c’est plutôt de la devinette avec un 3 et un 15 et puis ça ne va plus du tout, puis je reprend avec un 7 et un 16 , et puis encore un 42...

Plus tard, un ophtalmologue a confirmé cette deutéranopie, par contre j’étais "imbattable" au test de Farnsworth avec les bouchons colorés. On m’a expliqué que c’était héréditaire et que cela n’affectait pas les femmes. On m’a expliqué que cela n’est pas guérissable et que cela n’allait pas se modifier avec l’âge.

J’étais électronicien, et j’aimais bricoler, donc on est confronté à des résistances avec des bandes de couleurs pour indiquer leur valeur. Cela ne posait pas de problème, sauf pour une marque de résistance dont le corps était brun (marron) - vert clair (genre couleur kaki) avec des bandes vertes et des bandes brunes ... pour ces résistances avec ces couleurs j’avais un peu de mal et j’avais besoin d’un bon éclairage (pas de loupe, juste un bon éclairage) mais dans le doute j’utilisais un ohmmètre.

Cela ne m’a empêché d’être ingénieur dans un département faisceau hertzien dans un organisme de radiodiffusion public. Cela ne m’a pas empêché de faire, au début de ma carrière, de l’entretien et du dépannage des équipements électroniques de transmission. Cela ne m’a pas empêché de faire d’autres tâches. On m’a toutefois écarté des branches cameraman, et similaires.

A part cela je pense ne pas avoir de problème. Je vois le feu vert et le rouge, et même si on inversait l’ordre (en haut / en bas) cela ne poserait pas de problème. J’évite de donner mon avis lorsqu’on me le demande pour un choix de couleurs (le papier peint, la couleur de la chambre...). Je pense qu’au niveau du choix des couleurs pour l’habillement je n’ai pas de problème, j’essaye néanmoins de trouver la confirmation de l’assortiment d’une cravate avec un costume auprès d’une autre personne.

Donc oui j’ai un problème de vision de couleurs, ce problème est léger, je veux bien qu’on m’appelle "deutéranope" et même "deutéranope léger", mais je n’aime pas qu’on m’appelle "daltonien" ...

23. oct., 2018

Bertrand

Au niveau des témoignage, j’apprécie celui de Mickael, ma compagne est avec moi pour l’achat de vêtement bien que je me fiche pas mal de ce que je met, tant que ça me plait... D’ailleurs, dans les rayons chasse, les tons de bruns et de gris ( ?) vont bien ensemble. Je sais me débrouiller tout seul.

On a découvert ma déficience à l’âge de 21 ans pour le cours d’électronique, impossible de lire des codes couleurs sur des composants. Les copains en rigolaient, mais le diagnostique a mis fin à tout cela. C’est un peu difficile de le reconnaitre avant d’être confronté à des difficultés : on nous a appris qu’une pomme c’est vert, on a donc mis l’étiquette "vert" sur la couleur qu’on voyait. Ce n’est pas évident d’exprimer "comment on voit la couleur", d’autant qu’on a pas vraiment de point de comparaison.

Pour compléter ce qu’a dit Remi, le daltonien est malin. Pour ce qui est des feux de signalisation, j’ai un truc : on a l’avantage d’avoir en Belgique (je ne sais pas si c’est pareil en France) un contour ovale noir bordé d’une ligne blanche autour de chaque groupement de feux. Grâce à la forme, il est facilement possible de distinguer si la lumière est en haut, ou en bas de l’ovale, permettant ainsi de déterminer la couleur du feu. Par contre, si il y a 2 feux oranges alignés verticalement pour signaler un danger, j’assimile le feu du dessus au rouge et celui du dessous au vert.

Par contre, je ne suis pas intéressé de savoir comment les autres voient en "vrai". Si ça tombe, je risque d’être déçu de vivre dans un monde "plus terne", ou au contraire content de voir que "mon monde" est plus coloré. Il faut savoir laisser une part de mystère à Dame Nature.

Il ne serait nullement envisageable de traitement pour moi. C’est ma particularité, c’est assez amusant d’en parler avec d’autres et d’échanger un avis, que se soit sur l’assortiment de la peinture des portes avec le papier peint, que de la couleur de la nouvelle voiture du voisin.

Loin d’en faire une tare, j’en fais un trait de ma personnalité, mon entourage est au courant, les discussions sur les couleurs se terminent toujours avec un sourire de la part de tout le monde.

Merci en tout cas pour votre site, c’est sympa de voir des témoignage et de se sentir moins seul dans les anecdotes qui peuvent nous arriver.