23. oct., 2018

Marin pompier

Brice

Suite aux différents témoignages sur le daltonisme dans les métiers de la police et gendarmerie, je me permet de vous donner le mien.

Voilà j’ai 17 ans et je rêvais d’être réserviste en gendarmerie mais mon daltonisme m’en a empêcher. A la première visite au moment des tests sur les yeux, l’infirmier s’est rendu compte que j’avais un trouble de la vision des couleurs. Suite à ça le médecin m’envoie vers l’hôpital Percy à Clamart. Dans cet hôpital ils m’ont effectué une série de test (la lanterne de Beyne) m’a totalement perturbée, j’ai loupé le test. Du coup, 4 erreurs sur 5. A cause de ça je suis inapte en gendarmerie, à vie, car ils m’ont mis C5 alors que je suis sûr d’être C4 ou C3. Ils n’ont pas voulu me le faire repasser, ma carrière de réserviste est morte. De plus mon rêve depuis 7 ans était de devenir sapeur-pompier mais vu mon classement C5 je ne pourrais pas non plus car comme la gendarmerie, il faut être maximum C3 (sauf officiers C4). Mon seul recours est la marine nationale qui prend jusqu’à C5. L’armée de terre et de l’air, ce n’est pas possible. Sauf si je repasse tous les tests et que j’arrive à être C3.

Si vous allez faire ces tests dans un hôpital, plus particulièrement celui de la lanterne de Beyne, attendez vous à ce que ce ne soit pas facile. Vous allez être mis à 5 mètres d’un projecteur, et ce projecteur va émettre une très petite lumière plus petite qu’une pièce de 1 € et elle ne dure qu’une seconde. Toutes erreurs, même corrigée, est considérée comme une faute et de même si vous n’avez pas vu le faisceau. Les couleurs projetées sont rouge, vert, bleu et jaune.

Mais ne baissez jamais les bras, moi, mon avenir et dans la marine nationale en tant que marin pompier.